8ème paysage(s), le temps suspendu.
A 11h10 le 5 juillet 2013, l’eau me révèle en l’espace de 2,2 secondes la complexité de ma quête sous-marine.
Cette série est construite autour de 7 images prises l’une à la suite de l’autre à 11h10 dans les eaux de l’Anse Noire en Martinique, le lendemain d’un violent orage.
Il s’agissait de photographier l’eau et la lumière, sans sujet, sans point focal, le vide, l’infini, le presque rien qu’on ne regarde pas. Puis, construire une nouvelle réalité.
Ici, se pose la question de la limite de notre perception du temps et de la lumière. Sous l’eau, tout s’accélère, les moindres variations du courant, du vent, des nuages, de la luminosité sont exacerbées. Sans la photographie, ces variations d’une extrême finesse nous seraient imperceptibles.
Le 8ème paysage est le fruit d’une manipulation par ordinateur (entorse à mes principes habituels de travail). Les 7 images y sont superposées en proportion égale. Une manipulation extrêmement simple ayant pour but « d’additionner » les images constituant cet instant subaquatique.
Le 8ème paysage en « résumant » ces 2,2 secondes d’interaction entre l’eau et la lumière détient-il une forme d’objectivité ?

La théorie des cordes : distorsion du temps et de l’espace ?

Si la science a de tout temps embrasser les notions d’espace-temps, comment la création artistique peut-elle réinterpréter des découvertes comme la théorie des cordes ?
Les avancées scientifiques nous montrent que notre réalité évolue perpétuellement. De Galilée à Einstein les notions de temps et d’espace sont remis en question.
Dans cette série d’images, appelé la « théorie des cordes* » je joue avec le temps et l’espace fini d’une photographie.
Les 7 photographies du « réel » qui ont servi à créer le « 8ème paysage » deviennent ici, les 7 pièces élémentaires permettant de créer une infinité de possible.
*« la théorie des cordes » fournit potentiellement une description unifiée de la gravité et de la physique des particules, elle est candidate à une théorie de tout, un modèle mathématique autonome qui décrit toutes les forces et toutes les formes de matière.